- "Que faire lorsqu'on a encore 8 kilos de noix au congélateur et que l'arbre du jardin plie déjà sous le poids de la prochaine récolte ?" se demandait Léone, ma maman
- "De l'huile de noix !"

Et nous voilà embarquées ma maman et moi pour 180km (aller-retour) direction le Moulin de Storkensohn (pas de panique, même moi, habitant en Alsace depuis toujours je ne connaissais pas !).
Avant de vous raconter mon après midi, je vous préviens : je ne me suis dit que c'eut été une bonne idée d'emmener mon appareil photo qu'une fois arrivée sur les lieux... Oui, je sais, elle n'a pas été très maline sur ce coup-là, la nénette d'A mes heures... Je suis désolée... J'avais tout de même mon portable, alors j'ai fait avec les moyens du bord... ce qui explique la qualité médiocre des images !

L'endroit est vraiment superbe, je vous montre : la rivière qui entraine la roue qui broie nos noix jusqu'à en faire une sorte de pâte épaisse...

Photo_0028

Ici, tout est fait à l'ancienne, comme les huiles se faisaient presser au XVIIIème siècle : Tout d'abord les noix sont écrasées sous une énorme meule en grès :

Photo_0024

Puis la pâte de noix est très légèrement chauffée (environ 40°) pour être plus "souple" au pressage :

Photo_0025       Photo_0027

Enfin, notre meunier nous a pressé nos noix jusqu'à obtenir 3.5 litres...

Photo_0039

Le temps me manque pour vous faire une belle photo de l'huile une fois embouteillée, histoire de vous montrer cette belle couleur jaune d'or... Bon, dès que c'est fait, je mets un lien !