J'avais repéré cette recette depuis un moment chez Vanessa, c'est une invention de Christophe Felder (il faudra quand même un jour que j'investisse dans l'un de ses bouquin...), ces "Chatines" (c'est comme ça que ça s'appelle lorqu'on les achète) m'ont immédiatement séduite...
Lorsque des gens viennent prendre un café ou un thé chez moi, j'aime beaucoup pouvoir leur offrir un petit quelque chose à grignoter avec... Bon j'avoue que ça n'arrive pas très souvent, alors je vais précieusement garder ces petites douceurs dans une boite hermétique en évitant de tout dévorer en deux jours... En tout cas, je vais essayer !

ch_tines_1

Ingrédients :
- 150 g amandes
- 1 cs sirop de sucre
- 200 g chocolat au lait
- 2 p sel fin
- 100 g sucre glace
- 30 g cacao

Enrobez les amandes de sirop de sucre et faites griller les amandes pendant 15 minutes à 180° (th.6). Pour une fois, je suis exactement la recette (j'ai même mis la minuterie !). Une délicieuse odeur commence à parfumer ma cuisine...
Il faut laisser les amandes refroidir complètement puis on peut passer à l'étape suivante :
Faites fondre le chocolat au bain-marie puis à l'aide de deux petites cuillers, posez chaque amande enrobée de chocolat sur une feuille de papier sulfurisé. Vanessa utilise une autre technique, certainement plus pratique que la mienne (avec des glaçons) mais au moment de chercher les-dits glaçons, je me rends compte que je suis aussi en train de dégivrer mon frigo, et donc les glaçons... y en na pus !
Quand tout est bien enrobé, saupoudrer du sel et remélanger encore (J'ai oublié cette étape !!! zut mer** cr*tte flûte !!).

Puis, mettre le sucre glace et le cacao dans un tupper, jeter les amandes une fois refroidies et le choco à peu près solidifié, fermer la boîte et secouer dans tous les sens.

ch_tines_2

C'est délicieux, merveilleux, succulent, exquis, fantastique, croquant, caramélisé (légèrement), chocolaté, fin en bouche, enfin bref, un pur délice ! Je ne suis pas sûre de pouvoir attendre que quelqu(un vienne boire un café chez moi... d'ici là, il n'y en aura plus...